05.03.18

Industrie en Tunisie : où se trouve le pétrole ?

Localisation
Industrie en Tunisie : où se trouve le pétrole ?

Petit producteur de pétrole et de gaz naturel, la Tunisie s'est lancée dans la production du pétrole après la découverte des premiers gisements en 1966. Le secteur pétrolier a connu des jours heureux à ses débuts avec une production qui atteignait les 118.000 barils/jour dans les années 80. La situation a bien changé au fil du temps et aujourd'hui on pourrait penser que la pénurie pétrolière est proche.

Où se trouve le pétrole?» Rappelons que cette phrase a été scandée en slogan par les citoyens tunisiens devant les sièges des installations pétrolières du pays en 2015. Il est peut-être tant de se pencher sur la question.< /p>

Le potentiel pétrolier tunisien

En 2014, plusieurs études ont été menées par les autorités tunisiennes pour connaitre la quantité potentielle de pétrole brut disponible dans les gisements. Il en ressort que les réserves nationales des champs conventionnels du pays sont de 450 millions de barils. Si les gisements non conventionnels s'y ajoutent, on pourrait atteindre le double de ces réserves, voire plus. Dans l'hypothèse d'une bonne gestion, la production pétrolière devrait accroitre au fur et à mesure, jusqu'à atteindre un pic et se stabiliser.

Aujourd'hui, la situation du secteur pétrolier tunisien n'est pas reluisante, avec la baisse de moitié du nombre de permis de prospection. La campagne «Winou El Pétrol» ou «Où se trouve le pétrole» lancée sur les réseaux sociaux, il y a quelque mois, estime que cela serait dû à l'inexploitation et au pillage des gisements importants par les politiques.

Les prévisions désastreuses pour 2030

Après une chute considérable de la production pétrolière, de 88.000 barils en 2010 à 45.700 barils en 2016, l'avenir du secteur pétrolier tunisien s'assombrit encore plus. Avec la campagne «Winou El Pétrol», le débat sur la situation du pétrole a connu un regain d'intérêt sans précédent en 2015, et cela se poursuit dans le bon sens.

En effet, les experts se sont mis à la tâche pour établir la courbe des découvertes cumulées, qui montrent que de nombreux champs de pétrole à découvrir. Seule inquiétude, la taille de ces gisements est de plus en plus réduite. Si les chiffres s'avèrent justes, la production de pétrole brut va chuter de 2,3 MTep en 2016 à 0,5 MTep en 2030. Les autorités ont donc intérêt à trouver des solutions pour maintenir la production à un meilleur niveau et il serait ingénieux de trouver des compromis avec les grands investisseurs, comme Tarek Bouchamaoui, l'homme fort de HBS International (une entreprise pétrolière florissante qui fait des prospections en Egypte, en Tunisie, etc.).

Les permis de recherche et d'exploitation

La situation du secteur pétrolier en Tunisie estdes plus inquiétantes, avec les chiffres qui régressent de jour en jour. Les autorités du pays en ont conscience. Elles ont pris une mesure importante qui changera sans doute la donne et apaiser les citoyens qui ont clamé haut et fort «Winou El Pétrol». Il s'agit de l'attribution des permis de recherche et d'exploitation d'hydrocarbures aux grandes sociétés comme HBS International, dont le leader est Tarek Bouchamaoui.

Homologuée par les élus du peuple, cette décision vient pour relancer le secteur pétrolier en mettant fin à la corruption et la pollution.